Nouveautés

Voici le «Guide des grades des monnaies du Canada» édité par l'Association des numismates et des philatélistes de Boucherville inc. Auteur : André Langlois


Nos revues
Lisez nos nouvelles revues gratuites sur la philatélie et la numismatique



Articles - Monnaies
Textes publiés dans le Bulletin de liaison de l'association concernant la collection de la monnaie et la numismatique
2000-02-01
La rareté - accessible à tous

Marc Pelletier


S'il est un thème qui suscite beaucoup de passions mais qui malheureusement est souvent utilisé à tord et a travers en numismatique, c'est bien celui de la rareté.

Suite à quelques lectures, discussions et réflexions sur ce sujet, je plonge sans prétention, tout en souhaitant que mon point de vue en suscitera d'autres chez les membres de notre Association. J'aborderai d'abord ce thème par une définition avant de bifurquer sur l'utilisation abusive de l'étiquette RARETÉ. Par la suite, je toucherai les points suivants : La rareté absolue, l'état de conservation rare, les degrés de rareté et enfin la relation du prix en regard de la rareté.

Le Littré définit comme rare : ce qui se trouve difficilement. Pour une monnaie, c'est le nombre d'exemplaires connus à l'heure actuelle, la survivance pour employer un anglicisme que tout le monde comprend. Ce nombre peut fluctuer au fil des ans : à titre d'exemple le renflouement du navire Le Chameau a modifié le nombre d'exemplaires connus des écus aux huit L de Louis 15, c'est-à-dire leur rareté.

Maintenant que nous avons établi que la rareté d'une monnaie concerne sa survivance et non le chiffre de frappe, il y a lieu d'être très vigilant, c'est-à-dire très bien informé avant de partir à la chasse à la rareté. En effet, les exemples ne manquent pas d'utilisation abusive du terme rareté : tout récemment je voyais, annoncé sur E-BAY, une pièce que certains collectionneurs possèdent en plusieurs exemplaires être étiqueté RARE. Les cas semblables sont fréquents. Dans le même sens, je tiens à vous rappeler une situation type qui illustre clairement mon propos : les collectionneurs actifs en 1979 se souviendront sans doute de la publicité abusive, dans The Canadian Coin News, d'un marchand de l'ouest canadien au sujet du 25 cents 1973 Large Bust type-1, prooflike set. Je vous souligne que cet item était alors qualifié d'extrêmement rare dans cette annonce. En avril 1979, cet ensemble était offert à $750 et puis en octobre le même marchand 'achetait' l'ensemble à $1100. En ce début de l'an 2000, si vous regardez le prix du Trend pour ce même item, vous verrez que sa cote se situe à $160... Je vous laisse tirer la conclusion de cet épisode tout en vous soulignant qu'il faut se prémunir d'une information à toute épreuve afin de s'éviter ce type de surprise. Mais, ceci étant dit, même si la recherche de la rareté n'est pas sans embûches, il faut toutefois la poursuivre car elle est emballante, tout en s'assurant cependant d'une approche éclairée et prudente. Dans le champ de la rareté, il y a deux voies pour statuer sur le degré de rareté d'une pièce : l'une est le niveau absolu de rareté et l'autre est le niveau de rareté d'une pièce en relation avec son état de conservation. La rareté absolue s'applique à une pièce quel que soit son état de conservation. L'exemple le plus frappant pour un collectionneur de monnaies canadiennes est celui du 50 cents de 1921, pour lequel on a dénombré moins de 75 pièces, tous grades confondus.

D'autre part le terme rareté dans le cas de certaines pièces s'applique seulement lorsque leur état de conservation est presque parfait ce qui explique 'qu'elles se trouvent alors difficilement'. On peut citer comme exemple le 50 cents 1919 qui peut être obtenu facilement lorsque l'usure est bien réelle et qui devient rare lorsqu'il est classé MS-65 et mieux.

Maintenant que les deux voies ont été définies, il est possible de faire un pas de plus en parlant du degré de rareté. Après avoir étudié une foule de propositions dans ce sens, dont certaines sont à mon avis complexes et parfois farfelues, je vous propose la grille de rareté de M. Stephen Album, qui m'apparaît basée sur le gros bon sens et facile à utiliser :

· A--Abondante--Que l'on peut obtenir en quantité, en rouleaux.

· C--Commune--Presque toujours disponible, mais occasionnellement seulement en quantité.

· S--Presque rare--Habituellement disponible sans un trop long délai.

· R--Rare--Demande une recherche soutenue et les spécimens, lorsque disponibles, sont rapidement convoités.

· RR--Très rare--Rarement disponibles. Les collectionneurs peuvent attendre plusieurs années avant d'en découvrir une.

· RRR--Extrêmement rare--Presque jamais disponibles. Peu de collectionneurs peuvent avoir la chance d'acquérir ces pièces.

J'ajouterai à cette grille un ultime palier de rareté :

RRRR--De la plus grande rareté et présumée unique.

J'anticipe que plusieurs d'entre vous en venez à la conclusion que la rareté est hors de prix et que de ce fait, vous vous sentez exclus d'entrée de jeux. Comme vous le verrez plus loin, ce n'est pas toujours vrai et j'espère que, pour votre plaisir, vous demeurerez constamment à la recherche de pièces rares.

Toutefois, il y a une condition qui me semble incontournable au départ : si vous recherchez la rareté dans les pièces canadiennes, américaines et dans les grands pays d'Europe, vous pourrez l'obtenir, mais il faudra y mettre le prix, à moins d'être excessivement chanceux. D'autre part, si vous vous laissez tenter par 'Le tour du Monde', ce qui devient aussi facile en l'an 2000 que d'entreprendre une collection de monnaies canadiennes en 1970, alors, vous aurez accès plus facilement à la rareté et au plaisir qui l'accompagne. En effet, depuis quelques années les catalogues Krause, en plus des ouvrages plus spécialisés, mettent le Monde a notre portée. De plus, avec Internet vous pouvez faire le tour de la planète en touchant le clavier, à la recherche de la pièce rare.

Si l'on retient que l'information, c'est-à-dire la connaissance, doit venir avant la pièce, vous serez alors bien outillé pour attaquer votre gibier. Si vous devancez les autres par votre degré de connaissance, vous aurez plus de chance de cueillir la rareté lorsqu'elle se présentera et souvent à un prix bien abordable.

En toute confidence, je vous présente quelques trouvailles, récoltées au cours des cinq dernières années, qui sont à la portée de chacun d'entre nous :

Togo : K.M.E9 - 5000 francs - Al.-1977- ESSAI - Nombre de pièces connues : 25 - RR - Coût : 100 $

Maroc : KM 98 - 4 Fels -Cu- 1214H. - Essaouira - Nombre de pièces connues : 3 - RRR - Coût : 15 $

Maroc : KM175 - Demi-dirham -AG - 1285H. - Fez - Nombre de pièces connues : 3 - RRR - Coût : 45 $

Maroc : KM15.1 - 2 Mazunas -Cu - 1322H. - Fez - Condition : VS+, RR - Coût : 14 $

Voilà la réflexion que j'ai voulu vous transmettre sur le thème de la rareté. Lors d'un prochain article, j'aborderai plus à fond les facteurs qui influencent le prix en fonction du nombre de pièces connues. Il serait toutefois fort intéressant qu'à votre tour vous puissiez transmettre votre point de vue sur ce sujet ou tout autre de votre choix.

: .... 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 .... :


Session
courriel :
Mot de passe :
Mot de passe oublié
Inscrivez-vous
C'est gratuit. Inscrivez-vous pour recevoir des invitations par courriel.
Encore mieux : devenez membre.
À venir...

11 décembre 2022 - Rencontre des collectionneurs à l'École secondaire de Mortagne, 955 boul. de Montarville, Bouchervi ...


21 et 22 janvier 2023 - Salon Timbres et MonnaiesMC samedi et ...


Voir la liste complète
Cartes routières
Cliquez sur l'image pour accéder aux cartes routières.
Plan de salle
Consultez le plan de la salle de l'école secondaire De Mortagne avec la liste des participants
Voir le plan

copyright©2022 Association des numismates et des philatélistes de Boucherville inc.
Flag Counter